Semaine 3 : les arbres

On a parlé humains, on a parlé animaux, parlons arbres ! 🙂 Comme on entend souvent, « le meilleur moment pour planter un arbre c’est il y a 20 ans, le deuxième c’est maintenant ».

On nous a souvent demandé ce qu’on voulait planter ici, on répondait soit qu’on savait pas, soit qu’on voulait tout. La première réponse a un peu évolué ces semaines puisqu’on s’est penchés un peu sur le design du lieu et ce qu’on allait commander et acheter.

En gros notre raisonnement c’est :

  1. On aime manger, on aime les fruits, on en veut plein, de toutes sortes et aussi souvent que possible. Donc on recherche des variétés qui donnent de bons fruits et une récolte étalée au maximum dans le temps.
  2. On a envie de s’adapter au sol et au climat et pas le contraire, on plantera ce qui correspond au terrain. Donc on recherche des variétés résistantes au gel et aux maladies.

Dans un premier temps donc, on a voulu chercher à comprendre ce qui composait notre nouveau lieu de vie, quelles étaient les différentes zones et leurs caractéristiques. Il en ressort a priori (on n’est là que depuis quelques mois …) qu’on a des zones assez variées : sèches/humides, gélives (qui craignent le gel)/bien exposées, plutôt ouvertes ou très arborées, …

On vous montre tout ça dans le plan ci-dessous et on vous raconte nos choix de plantations en fonction.

De ces observations découlent quelques ‘règles’ et nos orientations :

  • on ne cherchera pas à planter des choses qui ont besoin d’eau sur la zone sèche en hauteur, par contre elle sera utilisée pour tout ce qui est gélif (pêchers, abricotiers, amandiers, vignes, plantes aromatiques méditerranéennes, …).
  • On utilisera la zone humide pour faire la phytoépuration et on y mettra des arbres qui aiment bien avoir « les pieds dans l’eau » (plaqueminier, figuier, bambou, …).
  • Le jardin devant la maison est déjà très arboré, ça fait presque un peu sous-bois (on a même des fraises des bois !), donc on essaiera simplement d’y mettre des plantes qu’on aimera avoir à portée de main et adaptées : des petits fruits et des aromatiques. La façade est orientée Sud et de la vigne vierge la recouvre, on essaiera donc aussi de mettre de la vigne pour avoir du raisin de table.
  • Un truc plutôt funky : on va essayer de faire une ‘forêt comestible’ dans la chênaie (peuplée essentiellement de chênes, d’où son nom, et de cerisiers, pommiers, …). On va donc essayer d’utiliser les arbres présents pour faire grimper des lianes dessus (kiwis, vignes, etc.), planter des petits fruits un peu partout et ajouter quelques arbres.
  • Dans le verger, on ajoutera des arbres intéressants pour la pollinisation de ceux qui sont déjà là : mirabellier, noisetier, poirier.
  • Dans la prairie, RAS, on garde un terrain de jeu 😉
  • Enfin on va utiliser le mur d’enceinte Sud dans le potager pour mettre à nouveau des vignes (décidément on aime le raisin !).

Comme on a envie d’avoir des fruits relativement vite et qu’on ne s’y connait pas des masses, on décide de commander des plants de 1 an à racines nues chez des pépiniéristes bios. C’est un sacré casse-tête pour choisir des variétés mais bon, on y va un peu au feeling.

Vous savez tout ! 🙂 on vous tiendra au courant de nos plantations. On a d’ailleurs lancé les hostilités avec la plantation d’un jeune figuier, de bambou et d’un poirier !

Et pour le moment, on patiente en essayant de faire des plants pour plus tard. On suit beaucoup Damien Dekarz et sa chaine Youtube « agroécologie, permaculture et cie ». Il nous a motivé.e.s à faire des semis (poire, pomme, pêche, …) et boutures (figuier, noisetier, kiwi, romarin, sauge, lavande, sureau, …). Un petit aperçu de notre mini-pépinière !